samedi 9 août 2014

Naturisme et famille (53)

Ces premières vacances en centre naturiste ont transformé Annick. Son état d’esprit s’est ouvert encore plus, sa confiance en elle aussi. Son aisance en sa nudité augmentait jour après jour. Elle commençait à vivre nue sans ne plus y penser. Je la voyais discourir avec les autres vacanciers sans se soucier de sa nudité. Nous partions tous les trois, nus, promener dans la montagne. 

La piscine devenait un lieu familier pour nous.

Annick s’en émerveillait petit à petit : « être nue du matin au soir et du soir au matin ! C’est tout autre chose qu’à la maison ou à la plage ! » Jamais elle n’avait vécu cela. Elle découvrait le naturisme résidentiel !

La présence de Coralline âgée d’à peine 9 mois, suscitait l’attention des vacanciers. C’est qu’elle était toujours avec nous et souvent dans son parc à essayer de se redresser. Ce qu’elle fit pour la première fois quelques jours après notre arrivée.

Cet intérêt amenait Annick a dialogué avec tout le monde, surtout avec les vacancières. La nudité sociale était à l’ordre du jour. Cette nudité sociale marqua l’esprit d’Annick qui m’en parla. C’était incroyable, pour elle, que tout le monde se parlait normalement, se tutoyait sans autre formalité, sans même savoir ce que l’un et l’autre faisaient dans la vie courante.

Elle en fut subjuguée un jour où Coralline, en promenade avec nous au village, fut piquée au visage par une guêpe ! De retour en vitesse au centre, nous en avons parlé à Bernard qui nous a répondu qu’il suffisait de nous rendre à une tente dont il nous indiqua l’emplacement car il y campait un médecin belge et sa famille !


Elle était subjuguée parce que rien n’aurait dit que ce vacancier était médecin ! Il nous reçu avec simplicité, soigna Coralline avant de discuter avec nous car, en réalité, il s’avéra qu’il habitait à une vingtaine de kilomètres de chez nous, …

A suivre, ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire