vendredi 1 mai 2009

Naturisme et nudité. Union obligatoire ? (Partie 14)

Toutefois, par respect pour les non naturistes, nous ne leurs imposons pas notre nudité. Nous avons l’intime conviction qu’en dehors des espaces naturistes, même en cas de mixité, la pratique de la nudité doit être discrétionnaire et non exhibitionniste.

Parce que nous avons conscience que la nudité, encore de nos jours, peut indisposer certaines personnes. Sentiment que nous respectons, également.

Lorsque nous nous rendons au Danemark, nous nous installons toujours à l’écart des non naturistes et jamais au beau milieu d’eux. Même si rien ne l’empêche. Mais, comme vous avez pu le lire dans un précédent article (partie 9), si des non naturistes viennent à notre rencontre, c’est toujours avec plaisir que nous les accueillons.

La sociabilité naturiste passe par l’acceptation de toutes et tous. Nu ou en maillot ou habillé. Et le fait que dans ce cas, le non naturiste nous voit nu ne fait pas de lui un voyeur car, chacun respecte l’art de vivre de l’autre.

Ce non naturiste ne vient pas vers nous pour nous imposer le port du maillot. Mais pour lier connaissance et dialogue, comme nous l’avons vu précédemment.

Oui, me direz-vous, comme un commentaire que j’ai reçu, mais il vous voit nu !
Oui. Et alors ? Où est le problème ?
Nous ne nous exhibons pas, nous ne provoquons personne et le maillot de l’autre est son choix d’être. Et c’est, comme pour notre nudité, son droit le plus absolu de le porter. De là, l’expression réciproque de la tolérance.

Et qui a-t-il de si grave que cela qu’un non naturiste voit une ou un naturiste nu ?
Qu’y a-t-il de si grave qu’il puisse discourir avec un naturiste nu en toute convivialité ?
Dès lors que l’on se trouve dans le cadre d’une mixité autorisée !

A nos yeux, rien. Nous assumons notre naturisme lequel, oui, admet qu’un non naturiste puisse croiser notre chemin et surtout, ne partage pas notre art de vie.

L’inverse serait cautionner le fait que la nudité est une anomalie comportementale ou que le maillot l’est ! Ce serait vouloir créer des frontières là où elles ne sont pas nécessaires. Ce sont les frontières qui créent le non dialogue, l’incompréhension de l’autre, la fracture entre naturiste et non naturiste.

Aux Pays-Bas, par exemple, les plages naturistes ne sont pas des « voies sans issue », des lieux difficilement accessibles. Ce sont des espaces parfaitement délimités où la nudité est autorisée entre deux espaces où elle est interdite. Il est donc, constant, que des non naturistes les traversent lors de leurs promenades. Sans que cela ne nous dérange.
Ces gens se promènent simplement et ne traversent pas ces plages naturistes pour se rincer l’œil à bon prix.

A suivre, …

Aucun commentaire:

Publier un commentaire