mardi 12 juin 2012

Naturisme et nudité : union obligatoire ? (41)

Mais avant de prendre la route pour le glacier blanc, Annick me demande si nous ne prendrions pas une journée de repos afin qu’elle puisse, dans un endroit tranquille, se faire un peu bronzer intégralement nue.

 Nous le trouvons, là-haut dans la montagne, qu’Annick gravit le torse nu !

Nous découvrions dans le massif des Ecrins, que le naturisme, ce n’était pas le sensationnalisme mais bien une forme de partage entre l’Homme et la Nature. Que dans cette forme de naturisme, ce n’était pas la nudité la Reine mais bien la beauté sauvage et grandiose de la Nature.
 Dès lors, nous retrouvions dans les Ecrins ce que nous avions découvert au Danemark. C’est l’Homme qui s’intègre à la nature et non l’inverse.

Nous commencions à décrire une autre vision du naturisme, pas celui basé uniquement sur la nudité collective et quelque fois outrancière.

La nudité collective nous semblait, tout d’un coup, à cent lieux de ce que nous vivions.
Parce que vivre nu collectivement sur une plage n’apporte pas cette dimension de l’humilité face à la nature. En fin de compte, vivre nu collectivement sur une plage n’est peut-être rien d’autre que du nudisme. Et à y réfléchir, c’est un fait lorsque l’on voit certaines personnes nues, saccager les dunes pour s’adonner à d’autres plaisirs que celui de profiter de cette belle nature sauvage et préservée par des gens qui aiment la nature.

Nous comprenons, la genèse de notre naturisme et soudain la valeur de ce mot basique, de cette pierre angulaire du naturisme : LE RESPECT !
Parce que là-haut, dans les Ecrins, ce RESPECT est indispensable et fabuleux. Nous avons vu les marmottes, les chamois, les immensités en étant en admiration.
En étant très petits. Nus.

Celui qui veut dominer la nature est en fin de compte un assassin car il tue notre planète nature !  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire